place al amal 19h30Artistes

Ahidous Tazouit (Maroc)

Ahidous Tazwit est un groupe de la région des tribus Amkun du district de Tenghir, fondé dans les années 60. La danse Ahidous est l'un des folklores populaires connu localement et nationalement. Les générations successives, qui ont portésle flambeau de ce patrimoine, ont pu le préserver et en faire un héritage culturel, un patrimoine pour les générations futures.Les participants à cette danse d’Ahidous appeléela danse de l’abeille portent un uniforme composé principalement de robes blanches, d’un turban blanc, en plus du sac à main en cuir brodé appelé "Arakab". Ils portent également des babouches jaunes ou blanches; les femmes portent le "costume" traditionnel multicolore des tribus d’Amkun ainsi que des bijoux traditionnels, généralement faits d’argent et de coquillages (lupan).


RAÏS SAID & ABDELLAH OUTAJAJT (Maroc)
La tradition itinérante des Rways (en singulier"rways", poètes-chanteurs amazighs) est l'une des plus brillantes traditions poétiques du Maroc. Héritier de la noblesse antique des Chleuhs (les amazighsdu sud marocain), le poète rays déclame avec magnificence sesréflexions sur la vie.Fils du grand Rays Abdellah Outajajt, le jeune Rays Said Outajajt (Said El Mouibarik), né à Idhmou (un petit village qui se situe au Sud-Est de la ville de Tiznit), Commune Sebt Ennabour, tribu Imjjad, Cercle Lakhssas. Excelle lui aussi dans l'art du r'bab. Sa réputation de versificateur à la voix chaude, en fait l'un des continuateurs de la chanson du Souss. Saïd Outajajt aaccompagé de grandrways tels que Raïs Moulay Mohamed Bélfkih, Raïs M'Barek Ayssar, Raïs Lhoucine Amarrakchi, Raïs Larbi Ihihi, Raïs Lahcen Akhtab, Raïs Lhaj Aarab Atigui et les deux grandes dames de la chanson amazighe, Raïssa Fatima Tabaâmrant et Raïssa Rkiya Demsiriya. Raïs Said Outajajt (chant et vièle) invitera son père Abdellah Outajajt à se produire avec lui pour la première fois pour l’ouverture du festival Timitar.
NAJAT AATABOU (Maroc)

Najat Aatabou fait partie de ces artistes qui ont la capacité de transformer une salle de concert en volcan. Grande star de la chanson populaire châabi marocaine, elle tient une sorte de courrier du cœur, s’inspirant des messages, très nombreux, qu’elle reçoit des femmes qui l’écoutent et lui racontent leurs problèmes. Et elle les témoigne en chantant. Elle chante tour à tour en arabe et amazigh (zayan), les thèmes de l’infidélité, de l’inégalité et du mensonge de sa voix haut perchée et profonde; femmes trompées, jalouses, jamais soumises, telles sont celles qui peuplent l’univers des chansons écrites par Najat Aâtabou. Le parcours de Najat Aâtabou est atypique.

 

RIBAB FUSION (Maroc)

Le groupe créé à Agadir en 2008, est le fruit d’un rêve ayant atteint maturité, celui de remettre l’instrument du « Ribab » à sa place légitime sur la scène musicale actuelle marocaine, et par le biais de sa musicalité unique, le porter au-delà des frontières par un voyage transculturel. Ribab fusion est un hommage à la tendresse, un voyage mythique aux racines intarissables de la culture amazighe, un hymne osé entre chant traditionnel du Souss et musicalité moderne. Le nom du groupe provient de « Ribab », cet instrument longtemps symbole de l’appartenance à la légendaire terre du Souss, moelle épinière de tout chant Amazigh, et « fusion », avec toute la teneur du mot regroupant l’idée de rencontre, union, mélange, syncrétisme et du métissage culturel.Dès ses débuts, ce groupe a su élaborer et imposer une identité musicale originale, qui se veut « créateur de musique », avec des compositions vivantes qui s’inscrivent à la croisée de différences culturelles et musicales, tout en installant un état d’esprit et un style résolument moderne et ouvert sur les musiques du monde.

 

DJ ALI T

DJ Ali T est né à Casablanca et vit à Cologne, en Allemagne, depuis 33 ans. Parallèlement à ses études de géographie, il s’est intéressé à la culture internationale et a commencé à mixer dans les événements de l'université.Avec un collègue, il a lancé la World beat party 2001 et la Marhaba party à Cologne.Il a ensuite collaboré avec la radio locale `Funkhauseuropa`, et est devenu DJ résident pour leurs événements. Puis, des invitations à des festivals en Allemagne et en Europe lui ont permis de se faire connaître à l’échelle internationale.DJ Ali T utilise tous les flux musicaux du monde, son mix est un voyage plein de saveurs à travers le monde. Il mélange les rythmes Afro beat, Balkan brass, latin et cumbia, d'orient et des rythmes urbains, entre Kuala Lumpur et Kinshasa, Saint Petersbourg, Varna et Casablanca... Il est aujourd’hui l’un des DJ les plus populaires de lamusique du monde en Allemagne.


VJ TEKYES

Une dynamique de formes et de rythmes en symbiose avec lesmusiques électroniques. Des images qui ouvrent les portes de vos rêves et qui vous enchantent par la poésie de leur couleuret de leur lumière. TEKYES exacerbe les pouvoirs de l’imaginaireet vous emporte par son art versles visions du XXIème siècle.Avous d’en trouver le sens ou d’enconstruire une histoire. Libérezvotre émotion et votreimagination !Alain Micaelli (Mika) instigateur de «TEKYES» participe en tant que« digital artist » à la réalisation de nombreux films et de vidéo clips notamment pour Florent Pagny, Amadou & Mariam, etc. Parallèlement,depuis 1998, il pratique l’art du «Veejaying», création d’animations originales multi-composites qu’il mixe en «live» en synchronisantle son à partir de différents logiciels.Illusionniste de l’image il redonne vie à ces multiples sourcesfixes ou animées et réinventeainsi une nouvelle réalité. Il développeainsi son art sous la dénomination de «Visual Designer &Performer».


theatre de verdure 20h30


Hicham Laabad
Crédit photo : Hicham Laabad
SALLAM YAMDAH MNAT AICHATA (Maroc)

Sallam Yamdah est une figure majeure de la vie culturelle de Guelmim et connaît parfaitement lerépertoire musical hassani. Son groupe Mnat Aïchata, créé en 2000, composé de membres de sa famille auxquels elle a transmis chants traditionnels et danses, se produit dans de nombreux événements culturels et festivalsdu Maroc et ailleurs dans le monde. Le groupe, très populaire, participe à de nombreuses émissions de télévision et a figuré dans l’anthologie de musique marocaine éditée par le ministère de la Culture du Maroc en 2001. Le groupe se produit partout au Maroc et très souvent à travers le monde.


EUGENIO BENNATO (Italie)

Eugenio Bennato fonde en 1968 la Nuova Compagnia di Canto Popolare, un groupe dédié à la tradition musicale populaire de l'Italie du sud, enregistre six albums et enchaîne les tournées internationales. En 1976, il fonde "Musicanova" et commence sa carrière d'auteur compositeur avectoujours des références constantes au style traditionnel du sud de l'Italie. Il réalise de nombreux disques dont "Brigante se more" en 1979, des chansons sur le brigandage méridional devenues aujourd'hui des classiques populaires du sud italien. Dans les années 90, il fonde le mouvement "Taranta Power" qui mélange les diverses formes de tarentelle d’Italie du sud et fait naître un regain d'intérêt pour cette musique. Il tente de la faire connaître à l’ensemble du monde méditerranéen en y incorporant des styles de cette région. Des tournées internationales s’ensuivent dans le but de faire découvrir ce style musical. En 2001, il fonde l'école "di Tarantella e danze popolari del Mediterraneo Taranta Power" à Bologne, avec Silvia Coarelli et Maristella Martellapour mieux collecter, rechercher et divulguer les danses populaires du sud de l'Italie.


THE CHEHADE BROTHER (Liban)

Depuis leur plusjeune âge, les frères Chehade ont baignédans le monde de la musique et du chant et ont appris à jouer de la plupart des instruments de musique orientaux. À la fin des années 1990, ils ont rejoint «The Oriental Roots Orchestra» formé par Michel Elefteriades à Beyrouth. Cette collaboration a abouti à leur premier album, nominé pour des prix internationaux. Et leur deuxième albuma battu tous les records de vente au Virgin Megastore. Depuis, ils sont constamment en tournée dans les quatre coins du monde.


AIT LAATI (Maroc)

L’ensemble Aït Laati a été lancé à Douar Lmzar, à 15 km au sud d’Agadir, ville d’origine de Hassan Elaati, son fondateur. En 1972, Hassan crée déjà son premier groupe à l’âge de 12 ans. Celui-ci restera une affaire de famille et d’amitié puisque trois des six musiciens sont frères: Hassan, Abdallah et Elhoussaine Elaati. En 1984, ils enregistrent leur premier album, sur fond de musique puisant sa force dans les rythmes traditionnels amazighs, qu’ils renouvellent au fil de leur créativité. Après 14 albums, leur évolution musicale continue à nousenchanteraujourd’hui grâce aux sons des banjos, nakous, bendir, tamtam, derbouka et guitare.



rejoignez nous sur facebook Recevez notre newsletter Revue de presse telecharger en pdf