place al amal 21h

Ahwach Fom Elhissen Bnat Zaouia (Maroc)

La dance Ahwach est une danse collective avec des règles qui déterminent la musique et les mouvements de la danse, notamment les épaules qui s’animent au rythme des percussions (bendir, tbel, nakouss), ainsi que celui des instruments à vent (flûte). Les musiciens sont totalement vêtus de blanc et portent un poignard en argent. Les femmes quant à elles sont habillées en couleur et participant à la danse.  La troupe est originaire du village de Foum Lahcen, dans la région de Tata et veille à la sauvegarde de ce patrimoine ancestral connu dans toute la région de l’Anti-Atlas.

 

RAÏSSA FATIMA TACHTOUKT (Maroc)

Fatima Ezzihar, appelée Raïssa Fatima Tachtoukt, est considérée comme l'espoir du répertoire des Rways. Jeune artiste, originaire d'Aït Amira, elle est passionnée depuis toujours par la musique amazighe des Rwayss et plus particulièrement par l'artiste Raïssa Rkia Talbensirt. En 2007, elle participe à un concours organisé par Radio Plus et remporte le premier prix des meilleures voix, parmi plus de 300 participants. En 2008, elle enregistre son premier album et un DVD où elle interprète le répertoire des Rayssates immortelles comme : Raïssa Fadma Tagourramt, Raïssa Ftuma Talguerchtl.


TINARIWEN (Mali)

A lui seul, le nom de Tinariwenévoque toute une histoire, une sorte de conte écrit dans l’univers surchauffé et aride du Sahara. Poussés au déracinement et à l’exil par des conditions économiques et dans des circonstances politiques difficiles, les membres se rencontrent à la fin des années 70 pour former «Taghreft Tinariwen», nom originel de cette formation atypique composée d’une dizaine d’artistes engagés en faveur de la cause des peuples touaregs. Tinariwen fut le premier groupe touareg à émerger des sables sahariens. L’exil et larésistance sont les thèmes majeurs de leurs compositions. Au fil du temps, Tinariwen est devenu, par ses chansons, le symbole de la vie quotidienne du pays Tamashek.En 2017 Tinariwen ont enregistré leur dernier album Elwan (Les éléphants) qui évoque la situation dramatique que subit leur territoire.

 


HATIM AMMOR (Maroc)

HatimAMMOR est un artiste avant gardiste de la chanson Marocaine moderne. Il connaît le succès en 2006 grâce à la chanson «Gouly» qui, fut l’un des hits de l’année. En effet, ce fut l’une des premières chansons 100% marocaines diffusée sur de grandes chaines de musique arabe présentes à cette époque là. Par la suite il signe plusieurs autres chansons à succès telles que Nadani Houdnek, yemchi Hal, Bent Bladi ou encore Chabba...En 2012, sa carrière prend une autre tournure puisqu’il devient le pionner d’un style musical qui deviendra sa marque de fabrique.

 

TOUKADIME (France / Maroc)

Toukadime est un projet mené par deux DJs, Bachir et Krimau, qui se sont battus pour maintenir vivante leur collection devinyles du Maghreb, pour le partager sur internet, sur les radios ou durant des événements live. Les deux amis, à l’univers varié, ont su démontrer leur talent de DJs en mixant différents styles de musique, tout en affichant une nette inclination pour la culture afro-américaine (funk, soul, hip-hop...) et la musique africaine. C’est donc logiquement qu’ils se sont trouvés autour d’un format qu’il leur convient à tout deux: le vinyle, et un lieu qui leur parle: le Maghreb. Leur but est simple: faire découvrir un héritage, faire redécouvrir des morceaux musicaux et satisfaire les oreilles curieuses et les connaisseurs du genre.


VJ TEKYES (France)

Une dynamique de formes et de rythmes en symbiose avec les musiques électroniques. Des images qui ouvrent les portes de vos rêves et qui vous enchantent par la poésie de leur couleuret de leur lumière. TEKYES exacerbe les pouvoirs de l’imaginaire et vous emporte par son art versles visions du XXIème siècle.A vous d’en trouver le sens ou d’en construire une histoire. Libérez votre émotion et votreimagination !

theatre de verdure 20h30


HICHAM MASSINE (Maroc)
Né à Agadir, Hicham Massine est un jeune musicien talentueux. Il chante en amazigh, et son style musical est inspiré de sa culture ancestrale. Cependant, il n’hésite pas à inclure des styles modernes ou venus d’ailleurs pour étoffer sa musique. En 2006, ila reçu le premier prix lors de sa participation au concours national Prix Tabaamrant. Ce succès a été suivi par la sortie de son premier album collectif «Itrane Ogadir» suivi d’un deuxième album en 2009, avec la participation de plusieurs artistes tels que Lahcen Anir, qui a encore élargi son public. Il sort son premier album solo en 2013 intitulé «Inkraf.Son dernier clip réalisé dernièrement en France a eu beaucoup de succès.
SOUKAINA FAHSI (Maroc)
Née en 1993, Soukaïna FAHSI est une jeune chanteuse auteur,compositrice et interprète marocaine. Ses inspirations proviennentaussi bien de courantsmusicaux extérieurs (Jazz, Blues, Flamenco, Musique africaine...) qu’intérieurs (Malhoun,Gharnati, Hassani, Aïta Hesbaouia...).De 2011 à 2014, elle participe à unemultitude de scènes et de festivals, tels que le « Festival international Volubilis » de Meknès, le « Sun festival » de Marrakech, ou encore le « Festival Jawhara » d’El Jadida, en tant qu’invitée. S’ajoute à cela une remarquable expérience lors d’une résidence artistique nommée « Je me souviens », réunissant plus de 22 chanteurs et chanteuses marocains et français.Son expérience sur la scène internationale débute en 2014, avec une tournée au Portugal, ainsi qu’au Cap vert, dans le cadre du festival international « Sete sois sete luas », dont elle s’imprègne des influencesmusicales locales.
FAIA YOUNAN (Syrie)

Faia Younan est née en Syrie où elle apprit à chanter. A 11 ans, elle part vivre en Suède mais garde dans son cœur les chants traditionnels de son pays. En 2014, sa première vidéo sur youtube, «To ourCountries» qui s’adresse aux pays déchirés par la guerre, devient vite virale avec plus des millions de vues aujourd’hui, attira l’attention attentive des médias. Le besoin de jeter la lumière sur ce qui se passe en Syrie et dans les pays voisins, mais aussi le besoin urgent d’exprimer et de montrer la beauté de son pays et de sa culture Faia entama une carrière musicale. Très rapidement, sa voix fut connue autour du monde. Son premier single «Ohebbou Yadayka» en 2015 rencontre un succès phénoménal sur les réseaux sociaux. Elle a depuis sorti plusieurs singles et albums. En outre, elle.

HOMMAGE A LA PAROLE DES RAÏSSATES (Maroc)

Orchestre Raïs Lahcen Belmouden

Raïss BELMOUDEN est actuellement l’un des meilleurs joueurs de Ribab. LahcenAnsary est né à Chichaoua mais a grandi àImtougua. Il a accompagné les grands Rways, aujourd’hui disparus.Comme : Rays Albensir, Rays Bounsir, Rays Ahrouch, Rays Abdellah Ben Driss. Aujourd’hui, il accompagne la plupart desRaways. Bien qu’il n’ait aucun album à son actif, il a participé àl’enregistrement de pus de 1000 albums en accompagnant les Rways.Maître BELMOUDEN est l’artiste le plus sollicité par les Rways et Rayssates, sa maîtrise du Ribab lui conférant un réel respect dans le milieu des joueurs de Ribab. Il se produira à Timitar avec son orchestre pour accompagner 3 grandes rayssates: Raïssa Rkiya Talbensirt, Rayssa Fatima Tihihit Titrit et Rayssa


Raïssa Rkiya Talbensirt

Cette grande diva a marqué ces 40 dernières années de son style, de sa voix et de sa présence l’évolution de la chanson des Rways. Elle a inscrit à son répertoire plus de 400 chansons.Selon elle, pour exceller dans la musique amazighe, il faut impérativement passer par l’école Ahawach, qu’elleconsidère comme une école très formatrice qui permet de maitriser l’art de la poésie et de la composition poétique et également la rythmique chorégraphique, essentiels pour le métier de la chanteuse. Toujours fascinée par la poésie des grands maitres : Lhaj Belaid, Boubakr Anchad et tant d’autres, elle a énormément appris auprès des Rways notamment feu Mohamed Albensir et Zahra Talbensirt.


Raïssa Fatima Tihihit Titrit

Fatima Thihit Titritest originaire de la région de Haha. Elle a débuté sa carrière en 1988 quand elle a rencontré le maître Raïs, feu Lhaj Mohamed Demsiri qui l’a intégrée à sa troupe.Après le décès de ce dernier, elle créée en 1994 sa propre troupe avec laquelle, elle va essayer de s’imposer sur les scènes nationales et internationalesen tant qu’artiste Amazighe. Elle a réalisé de nombreux albums, le premier s’intitule « Fiss aya Guiguil ». Son style musical mélange le répertoire traditionnel des Rways en y intégrant de nouveaux instruments, notamment la guitare, la batterie...Elle trouve son inspiration auprès d’artistes tels que Raïs Ahmed Bizmaoun, Raïssa Rkiya Talbensirtet bien sûr Raïs Lhaj Mohamed Demsiri avecqui elle a notamment travaillé «Tandamt » répertoire de chants poétiques improvisés sous forme de dialogue mêlant dérision et provocation. Les textes de Fatima Tihihit Titrit traitentgénéralement des questions actuelles, sociales et humaines.


Raïssa KHADIJA TAAYALT

Khadija Banki, plus connue sous le pseudonyme de Khadija Taayalt a débuté sa carrière artistique au début des années 90. Khadija a toujours eu un talent inné pour l’art et la musique, malgré son entourage conservateur ce qui l’a encouragé à convaincre sa famille que l’art est une création et un message nobles. Khadija s’est spécialisée dans le domaine artistique et elle a enregistré son premier album « Aayalen » en 1992et a également participé à la réalisation de plusieurs créations artistiques dont Bnat Oudaden, Bnat riad Souss, Bnat Outaleb, Tsslatine ait Baamrane, Tsslatine o Anza ou encore Tamoulait.Khadija a aussi participé à de nombreux festivals, et elle a également fait partie de différents projets de duo ou en groupe avec d’autres artistes grâce à sa voix distinguée et sa formidable performance.En tant qu’artiste, Khadija Banki est animée par les volontés et les objectifs les plus nobles decontribuer à la promotion de l’art Amazigh.

bijawane 21h

AYTMATEN (Maroc)

Fortement influencé par le légendaire Nass El Ghiwane, le groupe Aït Maten a été fondé en 1975 et a très vite joué un rôle important dans la vie culturelle de Tiznit et de sa région. Très actif jusqu’en 1981, AïtMaten produit 11 albums en six ans et participe à de nombreux festivals et autres événements culturels au Maroc, avant de connaître une longue période de sommeil. Aït Maten revient sur le devant de la scène en 2012 reprenant leurs plus grands succès, pourle plaisir de tous.


Fantome (Maroc)

Fantome commence à écrire ses premiers textes à l’âge de 16 ans après avoir découvert en 2005 une chanson du rappeur Ice Cube dans un film. Le racisme dont il est victime à l’école marque tout son univers musical. En effet, il a choisi comme nom d’artiste Fantome, car, petit, il aimait sortir la nuit lorsque l’obscurité masquait la couleur de peau et rendait temporairement les hommes égaux. En outre, il a fait du mot « Chkikou » son grand slogan. Dans la culture marocaine,« chkikou » désigne une force surnaturelle que les gens utilisent pour se protéger du mal. Al’école, les enfants lui disaient qu’ils allaient lui faire un « chkikou » pour que la couleur noire ne les infecte pas. C’est pourquoi par sa musique et ses paroles Fantome veut combattre le racisme.

 

LA CHIVA GANTIVA (Belgique / Colombie)

Figure de la nouvelle scène colombienne, La Chiva Gantiva en majorité composé d’artistes colombiens, sa musique est principalement inspirée de la musique afro-colombienne, enrichie de toutes sortes de sons modernes, comme le rock et le funk. Le groupe a atteint son propre style et a connu la popularité en participant à un grand nombre de concertsà travers l’Europe et notamment en Belgique ou une bonne partie du groupe a trouvérefuge. Ils font actuellementla promotion de leurdernier album«Apretao». L’originalité est peut-être la plus grande qualité de ce groupe qui surprend constamment son public lors des performances live.

Remerciement à la Wallonie Bruxelles pour le soutien à la venue du groupe

SAID MOSKER ( Maroc)
Said Moskerest un chanteur marocain d'origine d’Oulad Teima en poupe.Il explore et intègre tous les styles musicaux de son payset gagne ses lettres de noblesse en séduisant son public relativement jeune grâce à des mots d'une rare simplicité avec des sons qui provoquent une certaine charge émotionnelle quiévoquent par exemple les réalités de lasociété marocaine. Said Mosker estun artiste qui chante le quotidien avec la spontanéité d’un bohémien.Ce jeune chanteur fait partie de cette génération d'artistes poursuivant la voie de laWorld Musicen exploitant un répertoire typiquement marocain, riche en rythmes instrumentaux et endaarija. Il n'hésite pas à intégrer sa musique aux beat moderneset à les mêlerà d'autres stylesmusicaux typiquement africains qui lui réussissent bien! Ses chansons sont particulièrement métissées et n'hésitent pas à marier des styles musicaux comme le Raï, la musique latine (salsa), Reggae, Funk et le traditionnel Chaâbi marocain. C'est dansce style universel, éclectiqueque l'on distingue Said Mosker des autres artistes de sa génération.
Dj SAMTRAX (Maroc)
Né à Khouribga (Maroc),Mr SAMTRAXa grandi à Agadir. Il débute dans la création musicale à quatorze ans. Mr SAMTRAX est un disc jockey, producteur de musiqueet compositeur, parmiles meilleurs deejays en Afrique.Il a commencésa carrière de disc jockey au Tan Tan club, et effectue de nombreux mixsets chaquesemaine, qui durent plus de 2 heures. Il s'inspire notamment du compositeur français Jean-michel Jarre.En 2009 il a quitté le Maroc pour fréquenter les clubs d’Europe (Paris,Rome,Dubai, Sosa...). En2015 il s’est installé àMarrakech comme Dj résident. Il a travailléavec de nombreux artistestels que Saad Lamjarrad,Maitre Gims,Ahmed chawki,Dj Hamida,Dj Aymuon Camro,Reda taliani, Inna...En 2017,il a été nominé comme meilleur Dj marocain par la MMA (Morocco Music Award).
VJ KALAMOUR (Maroc)
Artiste multidisciplinaire, Kalamour tire son nom d’un personnage de bande dessinéequ’il a créé. Passionné depuis son plus tendre âge par le dessin, la photographie, la peinture et la musique, il étudie aux Beaux-Arts pendant cinq ans. Ce sont les techniques d’arts graphiques et l’art vidéo qui l’enthousiasment le plus et ses projections de vidéos expérimentales lui rapportent de nombreux prix. En 2002, Kalamour découvre le vjing lors d’un spectacle et s’initie en autodidacte à ce nouveau support de communication. Il présente ses œuvres vidéo dans des festivals au Maroc et à l’étranger. Sa persévérance et sa curiosité le poussent à s’initier au mapping et aux installations interactives. Toujours guidé par son instinct, sa démarche artistique est proche d’une libre expression de l’inconscient, expression où le résultat est toujours inattendu et imprévu. Multidisciplinaire, il prend plaisir à mélanger les matières et les supports, le mixed media étant une de ses marques de fabrique.