place al amal 19h30


Ahwach Tagmout (Maroc)

Cette troupe d’Ahwach Tagmout est née en 2000, dans le village de Tagmout, au cœur de la région de Tata. Elle s’est donnée pour mission de perpétuer cette tradition populaire dans la région et de promouvoir cette musique et danse amazighe à travers les manifestations culturelles organisées au Maroc, notamment aux festivals de Marrakech, Tata ou Figuig, et même à l’étranger ; ils se sont d’ailleurs produits dernièrement en Allemagne. Cette troupe a la maîtrise de la diversité de l’Ahwach qu’il soit derst, azzougz ou ahnakar.


Larbi Imghrane (Maroc)

Les prémices de la constitution de la Troupe Imghrane ont commencé en 1991 à Wijjan, l’une des communes de la Province de Tiznit. Précisément au village ASAKA qui se situe près d’Anou N Addi, lieu de naissance du parrain de la chanson Amazighe, le fameux ELHAJJ Belaid. En 1995, Imghrane enregistre son premier Album. Le début de la reconnaissance a coïncidé avec l’arrivée de Larbi Imghrane, en 2000. Celui-ci a mené le groupe vers une réussite remarquable grâce à la spécificité de leur style de musique, devenant ainsi des ambassadeurs de la chanson amazighe. Avec les recherches profondes et précises accomplies par Larbi sur une série de chansons intemporelles de plusieurs pionniers de la chanson Amazighe (10 Albums), Imghrane continue à ouvrir de nouvelles portes artistiques.


Dounia Batma (Maroc)

Dounia Batma est née en 1991, à Casablanca. Issue d’une famille de musiciens reconnus, son père Hamid Batma a joué au sein de différents groupes dont Mesnawa et Nass El Ghiwane, et son oncle, Laarbi Batma, est le leader du groupe marocain Nass El Ghiwane, considéré par Martin Scorsese comme "Les Rolling Stones d'Afrique", Dounia est une chanteuse de talent. Révélée au grand public lors de sa participation à la première saison d'Arab Idol (la version arabe de Pop Idol), sur MBC dans laquelle elle se confrontera en finale à la concurrente égyptienne Carmen Suleiman, Dounia est depuis très suivie médiatiquement ainsi que sur les réseaux sociaux.


Zina Daoudia (Maroc)

Née en 1977 à Casablanca, Zina Daoudia, rencontre, très jeune, son auditoire. En effet, à seulement 9 ans, elle chante déjà en public et, bien que cela soit très mal vu à l'époque, elle persévère néanmoins et se donne corps et âme à la musique, enchainant les performances lors des saisons de mariages et autres célébrations. C'est grâce à sa témérité que Zina se fait finalement remarquer un jour par un chanteur de raï, le genre qu’elle affectionnait à ses débuts, qui, tombant en pâmoison devant sa voix, lui fait enregistrer son premier album raï qui inclura des titres à succès comme La Ya Amel, Rah Li Rah, Chrabe El Katel ou encore Majnouna Bik.


DJ Hassan (Maroc )

Si actuellement DJ Hassan est directeur artistique du Papagayo, club très convoité d’Agadir, c’est qu’il n’y a pas atterri par hasard.
Né au sein d’une famille férue d’art et de musique, ce fils de collectionneur de musique, est dès l’age de 15 ans autodidacte en art du mixage, conseillé et accompagné par quelques amis professionnels à l’époque. Ensuite, c’est au fil des soirées privées à Agadir durant les années 90 qu’il se fait remarquer et appose sa touche personnelle à ce genre musical là où il se produit. Son amour et ambition sans failles pour ce qu’il entreprend le propulsent au sommet de la liste des meilleurs DJ de la ville.



rejoignez nous sur facebook Recevez notre newsletter Revue de presse telecharger en pdf